Archive | Vie quotidienne RSS feed for this section

Moralité au goût du jour

26 Juin

Vendredi, j’ai reçu un petit mot de mon dernier « client » sauvé in-extremis par l’acquisition d’un ouvrage hautement philosophique :

Mais l’aventure continue ! Ce soir, à 21h20, un certain Dumas manifeste un grand intérêt pour mes poignées de porte en porcelaine. Puis à 22h47, Alexandre me sollicite pour deux mangas à lui remettre en main propre à Angers. On pourrait penser qu’il s’agit d’un canular. Edmond Dantès, sors de ce corps !!!

Dans cette spirale de succès, j’espère que bientôt :

  • Hugo commandera mes vinyles de Plastic Bertrand pendant que Victor craquera pour mes revues Best.
  • Verne convoitera mes Marvel Comics pendant que Jules s’arrachera mes jeux de Playstation.
  • Camus achètera mes CD d’electro-indus pendant qu’Albert se fera expédier mon coffret Twin Peaks en cassettes VHS…

Mais je m’enflamme et tourne Perrette… Comme il n’y a plus d’ours à tuer (avant de vendre sa peau) et que la laitière a déjà fait ses adieux aux « veaux, vaches, cochons… », la morale de cette histoire doit être adaptée à notre société en marche. Je propose humblement :

« Il ne faut jamais vendre le brick de lait avant de l’avoir trait »

Sauvetage d’urgence

18 Juin

Sur les sites de ventes entre particuliers, certaines personnes mégotent et marchandent des articles déjà proposés à 3 francs, 6 sous et 2 boutons de culotte. D’autres, plus impulsives, s’enflamment en découvrant votre offre et disparaissent discrètement au moment de la transaction. Il faut toujours faire preuve d’une grande patience et ne jamais s’étonner de rien.

Et puis, il y a ceux dont les motivations vous échappent totalement. Un chèque arrive, accompagné d’un petit mot décrivant l’urgence d’une situation. Les derniers espoirs d’un individu semblent subitement reposer sur vous.

Flop…

13 Juin

Dimanche matin, j’ai négocié ce formidable instrument dans un vide-greniers en prétendant à la vendeuse qu’il s’agissait d’une des pires insultes du Capitaine Haddock.

Elle n’a pas compris…

Prendre le train en marche

7 Juin

Dimanche matin, alors que je chinais allègrement au vide-greniers de la place Ney, un couple s’est dressé devant moi en brandissant un tract pour les législatives de Juin 2017. La dame m’a alerté sur le fait que plusieurs candidats se présentaient comme « En Marche » mais qu’ils n’avaient pas tous le soutien d’Emmanuel Macron, même si on les voyait en photo à ses côtés. Seuls Matthieu Orphelin et elle-même représentent officiellement la majorité présidentielle. Selon ses mots, elle eût préféré me parler de son programme mais en tel état d’urgence, elle se devait d’informer la population et dénoncer la supercherie.

Au fond de moi-même, je me suis dit que ça devait bien l’arranger de ne pas avoir à aborder les sujets qui fâchent. Et moi aussi car je ne me sentais pas en conditions pour me faire prendre la tête. J’ai pris le papier, remercié et continué mon chemin.

Quelques jours plus tard, trois tracts différents sont arrivés dans notre boite à lettres. Tous se revendiquent d’En Marche, de la majorité présidentielle ou soutien de notre nouveau président. Heureusement que la dame m’a prévenu car j’aurais pu me faire tromper par Luc Belot (celui qui a introduit la courgette bio dans nos cantines scolaires) ou voter par mégarde pour Philippe Bolo, le faux candidat d’Emmanuel Macron.

Etat d’urgence

5 Juin

Une seconde alerte est arrivée ce midi par voie électronique depuis le fin fond de la péninsule ibérique :

« Bah alors Bistroman, t’es toujours vivant ? ». 

C’est que depuis plusieurs mois, la productivité de la SA Vent d’Angers s’est réduite à une peau de chagrin (à peine deux articles par mois). Nous sommes bientôt le 06 juin et toujours rien ne débarque…

Cap Santé me harcèle pour effectuer un dépistage du cancer colorectal depuis qu’ils ont appris que j’avais atteint le stade fatidique du demi-siècle. J’ignore encore quelles couleurs on peut trouver dans mon rectal mais il paraît que c’est simple, rapide et à faire chez soi. Alors, pourquoi laisser traîner ?  

La vinyl fever m’a replongé dans une exploration méticuleuse des années 70. Je découvre avec stupeur que de nombreux zazous, beatnicks ou hippies ont encore échappé au ratissage méthodique et sans pitié que j’exerce depuis l’adolescence.

Angers a perdu la finale de la Coupe de France en marquant pourtant le seul but de la rencontre et j‘ai le chien le plus stupide de la terre après Rantanplan.

Alors, comment voulez-vous que je m’en sorte ?