Archive | Vie quotidienne RSS feed for this section

Who the hell is Francis Bacon ???

14 Jan

Hier, dans une petite exposition, on m’a montré un portrait de Francis Bacon réalisé par un artiste local. Quand j’ai osé avouer que je ne connaissais pas ce monsieur, un grand mec à l’accent « so british » m’a gentiment détruit en me demandant si j’avais déjà entendu parler de Rembrandt.

Les seuls célèbres Francis que je connais sont : Cabrel, Lalanne et Heaulme. Quant au nom de famille, il m’évoque une tranche de charcutaille que j’associe habituellement à des oeufs ou de la raclette.

Mais alors, qui est ce p….. de Francis Bacon ?

Publicités

En 2018…

8 Jan

On change de slip.

L’ange sans sexe qui ne passa pas l’hiver

19 Nov

La semaine dernière, il y a eu un terrible accident dans la cuisine. En voulant accrocher un document de la plus haute importance sur le réfrigérateur, quelqu’un a fait tomber le magnet offert par Tante Germaine.

Sur le carrelage, le petit ange s’est brisé une aile et le cou. Il est mort sur le coup sans pouvoir s’envoler.

Devant l’horreur et la stupéfaction provoqués par cette scène apocalyptique, j’ai humblement proposé de recoller les morceaux. On m’a fait comprendre à demi-mots que la messe était dite et que l’acte – même s’il était involontaire – n’était pas forcément regretté :

– Non merci, ça n’est pas la peine…

Qu’allons-nous prétexter quand Tante Germaine reviendra un jour à la maison et découvrira que son adorable présent a disparu ?

Il ne faut pas confondre fin du monde et faim dans le monde

29 Oct

S’il y a une chose avec laquelle on ne plaisante pas en Normandie, c’est bien la crème. Celle en pot de verre, bien épaisse et riche en matières grasses, dans laquelle on aime baigner une bonne côte de veau, des champignons, des petits pois, des haricots et même des artichauts. En Bretagne, il y a beaucoup de choses avec lesquelles on ne badine pas : le porc, la gratuité des 2 x 2 voies, les algues vertes, les méduses… et maintenant le beurre.

Cette semaine, un collègue est arrivé au bureau complètement paniqué : « Il n’y a plus de beurre chez Intermarché !!! ». Le sentant au bout du rouleau, proche de la dépression, certains ont tenté de le rassurer : « Il en reste chez Super U, à deux pas d’ici ».

C’est avec une certaine angoisse que je me suis présenté hier (samedi étant le grand jour des courses) dans notre supermarché habituel. Avec tout ce qui avait été dit dans les médias et entendu dans les bruits de couloirs, qu’allais-je trouver dans l’espace frais localisé entre la mayonnaise et les oeufs ?

Le rayon beurre n’était pas entièrement vide mais certaines grandes marques manquaient à la pelle. Le « cristaux de Guérande » n’était plus proposé qu’en plaquette de 250 grammes, une quantité trop faible pour subvenir à nos mauvaises habitudes alimentaires (mon Cher Watson). J’ai rassuré ma fille, très soucieuse d’une éventuelle rupture de stock : « Lorsque nous aurons terminé cette plaquette, la guerre sera certainement terminée. Souviens-toi de la dernière pénurie de carburant, les gens ont dévalisé les stations essence avant que la grève commence. On peut survivre quelques jours sans beurre salé. Ca va être difficile mais nous serons forts ».Dans l’espace « Beurre doux », il ne restait plus qu’une seule marque disponible en plaquettes de 500g. J’ai dû faire une croix sur mon habituel Paysan Breton et investir dans une marque mystérieuse, un packaging étonnamment kitch (mais pas vraiment Pop Art).

Qu’allons-nous devenir ?

Permis B

25 Oct

Non, je n’avais pas pris un coup de soleil puisque j’habitais Rouen à l’époque. Je n’ai jamais eu de problème de type cutané avant d’attraper la varicelle, mais ça c’était bien après.

C’est juste que les couleurs se sont maladroitement mélangées sur une photo de la série. Bien évidemment, c’est celle-ci qu’ils ont gardé pour me ridiculiser depuis 33 ans.