Les fortes en gueule

17 Jan

PRAY FOR ME

Nouvelle image
Je m’appelle Elisabeth Rolfe.
Je venais d’avoir seize ans lorsque c’est arrivé.
Je vivais à la ferme avec papa et maman, mes trois petites sœurs et mes quatre frères. Il fallait toujours obéir à papa. J’obéissais toujours à papa.
Un matin deux hommes sont arrivés à la ferme dans une carriole tirée par deux chevaux noirs.
Papa m’a dit de monter. Maman faisait une tête bizarre ; elle m’a donné un panier en osier avec de quoi manger et boire à l’intérieur.
Le voyage a duré toute la journée et toute la nuit. A l’aube nous sommes arrivés devant une ferme. Il y avait là une fille, elle était gentille, elle s’appelait Mary et m’a dit que l’on partagerait la même chambre à tour de rôle. Elle m’a dit que je travaillerai la nuit.
Après, je suis allée visiter la grange et c’est là qu’il est apparu. Il était grand, costaud, il tenait une faux, il titubait, il était complètement ivre. Il brandissait sa faux devant moi. J’ai eu très peur alors j’ai renversé le lourd billot en bois sur lui. Je ne sais pas comment j’ai réussi à faire ça…
Alors il est tombé derrière le billot.
Il ne bougeait plus, il ne disait rien. Son sang giclait de sa cuisse comme l’eau de la source à la ferme de papa.
Alors j’ai couru, couru toute la journée, j’avais soif, très soif.
Ils avaient des chiens, ils m’ont retrouvée dans la nuit.

J’aimerai tellement que papa vienne me voir ici.

Signé Biche, pauvre SBF (sans blog fixe) temporairement hébergée ici.
Publicités

17 Réponses to “Les fortes en gueule”

  1. Biche 17 janvier 2013 à 12:51 #

    Merci pour ton hospitalité !

    J'aime

    • bistroman 18 janvier 2013 à 17:57 #

      You are welcome, Elisabeth !
      😀

      J'aime

      • Biche 18 janvier 2013 à 18:29 #

        Tu as de quoi manger aussi ? !

        J'aime

        • bistroman 18 janvier 2013 à 18:40 #

          Vendredi, c’est raviolis ! (nous sommes mauvais chrétiens).
          😳

          J'aime

    • mimi pinson 21 janvier 2013 à 17:34 #

      voici donc la raison pour laquelle on ne peut aller sur ton blog ! tu es SBF , sans blog fixe ! très bien ton texte ! j’adore ! décidément , cette jolie femme au visage angélique nous a tous séduit !

      J'aime

  2. Alouet 17 janvier 2013 à 13:25 #

    Beau… Dense… Triste….
    Il neige il y a du brouillard …
    Quelle sorte de brouillard autour de cette héroïne victime …
    Bistro.. Je suis trop sensible!

    J'aime

  3. mariejo64 17 janvier 2013 à 13:41 #

    un beau texte qui donne très envie d’en connaître davantage. À quand la suite ?

    J'aime

  4. snake0644 17 janvier 2013 à 20:06 #

    Surtout pas de suite, c’est trop horrible 🙂

    J'aime

  5. juliette 17 janvier 2013 à 20:15 #

    un texte écrit par une biche aux abois …
    😮

    J'aime

    • leodamgan 17 janvier 2013 à 20:20 #

      C’est vraiment excellent. Et ce texte se suffit à lui-même.

      J'aime

  6. bistroman 18 janvier 2013 à 18:10 #

    Moi je vote pour Biche !

    J'aime

  7. juliette 18 janvier 2013 à 19:37 #

    J’irai vous lire …

    J'aime

  8. Frederic 19 janvier 2013 à 21:29 #

    Je connaissais une Biche dans le temps… je ne sais pas si elle écrivait.
    Joli texte… bien que l’adjectif joli semble un peu déplacé dans ce contexte.
    Amitiés sylvestres :-p

    J'aime

  9. Martine Bond 22 janvier 2013 à 21:38 #

    Bravo, j’ai beaucoup aimé lire ce texte
    Bonne soirée

    J'aime

  10. leodamgan 27 janvier 2013 à 18:56 #

    Ne touchez plus à rien, hein? :mrgreen:

    🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :