Flux migratoire incontrôlé

15 Sep

Avec un nombre d’habitants avoisinant les 150 000 individus, je vous laisse imaginer ce que provoque l’arrivée massive d’étudiants en septembre dans une ville comme la nôtre.

Comme indiqué sur l’affiche, près de 40 000 migrants échouent sur les bords de Maine à la fin de chaque été, soit pratiquement 25% de la population d’Angers. Les conséquences s’avèrent désastreuses. Les agences immobilières, le CROUS et les bibliothèques municipales ne font plus face. Tous les jeudis soirs, nos rues se trouvent envahies de jeunes alcoolisés et il n’y a plus de places dans les bars.

Cette situation ne peut plus durer car elle menace gravement notre chère réputation, la fameuse « douceur angevine ». 

Avec moi, signez la pétition « Free Angers, Students Go Home ! »

Publicités

Choucroute contre noix de coco

1 Sep

Savoir rebondir

29 Août

Hier soir à Trélazé, Jean-Jacques Burnel (le Franglais des Stranglers à gauche sur la photo) nous recommandait d’assister au concert de Nina Hagen demain au même endroit. Aujourd’hui, on apprend que Nina Hagen est remplacée par Kid Creole & the Coconuts.

Ca n’est pas exactement pareil mais vu l’état de la Mamie du Punk, on prendra volontiers le Papy du Funk tropical.

Le clip qui déchire sa race

24 Août

Accroche-toi bien mon cœur

22 Août

Mon employeur a déménagé cette année et je me retrouve au 1er étage d’un immeuble situé au cœur d’une zone industrielle de banlieue. Ma vie quotidienne s’en trouve bouleversée. A chaque fois que je sors pour fumer ma clope, un livreur se présente et cherche immanquablement à me fourguer des colis ou courriers destinés à l’ancien locataire. Et pour cause, la société qui occupait précédemment les locaux a été dissoute en 2017 mais ses enseignes et panneaux indicateurs sont toujours en place sur le site et aux alentours.

Ce matin, un coursier a tenté de pénétrer dans l’immeuble sécurisé. Accoutumé aux erreurs d’aiguillage, je lui ai demandé ce qu’il cherchait. Bien évidemment, il détenait une grosse enveloppe au nom d’un destinataire fantôme. Je lui ai certifié qu’il ne le trouverait plus à cette adresse. Il a laissé le moteur de son véhicule ronronner et s’est introduit dans l’entrepôt voisin, où est également encore affiché le nom de l’ancienne société. Il est revenu bredouille quelques minutes plus tard et je lui ai demandé de qui émanait le courrier. Il m’a montré en haut à gauche de l’enveloppe le cachet de la ville d’Angers et a précisé qu’il s’agissait du programme des Accroche-Cœurs 2018 (un festival de spectacles de rue qui a lieu chaque année en Septembre). Ensuite, il a ouvert le coffre de son véhicule et j’ai aperçu des centaines d’envois similaires.

Rien de bien grave en somme, mais une chose m’a quand même interloqué. Notre municipalité requiert-elle les services de coursiers pour distribuer le programme d’une manifestation « culturelle » dans toute l’agglomération ? Si oui, je serais bien curieux de savoir combien coûte cette plaisanterie, sachant que ce même programme est disponible sur le web, diffusé dans les journaux locaux et que des jeunes gens sont, de surcroît, mobilisés pour le distribuer sous forme de flyers en centre-ville.

Je ne voudrais surtout pas jouer le « réac’ anti-culture populaire de masse» mais tout de même : qui c’est qui paye ???